Wranitzky Library

Introduction

The belgian composer and musicologist François-Joseph Fétis (1784-1871) has the following to say on Wranitzky in his work Histoire générale de la musique depuis les temps les plus anciens jusqu'à nos jours.

 

Transcript

WRANICZKY (PAUL) ou WRANITZKY , compositeur distingué, naquit en 1756, à Neureisch, en Moravie. Sa première éducation fut faite chez les Prémontrés de cet endroit ; il y apprit aussi les éléments de la musique et de l'art de jouer de l'orgue, puis il alla continuer ses études à Olmutz, et s'y appliqua particulièrement au violon, sur lequel il acquit tant d'habileté, que lorsqu'il se rendit à Vienne, en 1776, pour y suivre le cours de théologie au séminaire impérial, il fut immédiatement choisi pour remplir les fonctions de directeur de musique dans cet établissement. Le compositeur suédois Joseph Kraus, qui se trouvait alors dans la capitale de l'Autriche, lui enseigna l'harmonie et le contrepoint. Son ardeur dans ses études et son heureux instinct lui firent faire de si rapides progrès dans l'art, que l'attention publique fut bientôt fixée sur lui par des compositions remplies de feu et du goût. Doué d'une prodigieuse fécondité, il multipliait ses productions avec beaucoup de rapidité. En 1785, il fut nommé directeur de musique de l'Opéra allemand de Vienne et du théâtre de la cour ; il en remplissait encore les fonctions lorsqu'il mourut le 28 septembre 1808, universellement regretté.

La musique de Wraniczky a eu beaucoup de vogue dans sa nouveauté, à cause de ses mélodies naturelles et de son style brillant. Il traitait bien l'orchestre, particulièrement dans les symphonies. Je me souviens que, dans ma jeunesse, les siennes se soutenaient très-bien auprès de celles de Haydn. Leur abandon prématuré a toujours été pour moi un sujet d'étonnement. Les ouvrages de cet artiste sont presque innombrables ; car, indépendamment de l'uns ceux qui ont été publiés, il en a laissé beaucoup en manuscrit qui ont été composés pour le service de l'impératrice et pour celui du prince Esterhazy. Wraniczky s'est aussi fait connaître avantageusement comme compositeur dramatique par plusieurs opéras, ballets et mélodrames. Son Obéron , joué à Francfort, en 1790, pour le couronnement de l'empereur Léopold II, a eu un des plus brillants succès qu'un opéra allemand eut obtenus jusqu'alors, car on le joua vingt-quatre fois dans l'espace de six semaines, et les directeurs de spectacles le firent représenter dans tout l'Allemagne pendant le cours de cette même année. Voici la liste des ouvrages de théâtre et des productions imprimées de ce compositeur.

I. MUSIQUE DRAMATIQUE.
Obéron, roi des Elfes , représenté à Francfort-sur-le-Mein, en 1790 et à Vienne, en 1791, gravé en partition pour le piano, à Manheim et à Offenbach.
L'Amant de trois jeunes filles , petit opéra, Vienne, 1791.
La Station de poste , idem, 1793.
Mercure , idem, au théâtre Marinelli, de Vienne, 1793.
Le Royaume de Maroc , idem.
La Bonne Mère , idem, 1794.
Les Vendanges , ballet, 1794.
8° Musique pour le drame de Rolla , 1785.
La Fête des Lazzaroni , opéra, 1795, gravé en partition pour le piano à Offenbach et à Brunswick.
10° Zéphire et Flore , ballet, gravé à Vienne, chez Artaria, en 1796.
11° La Fête du prince , cantate en deux actes, ouvrage considéré comme une des meilleures productions de Wraniczky ; il fut exécuté à Eisleben, en 1798.
12° Le Menuisier , opéra, en 1799.
13° Zémire et Azor , ballet.
14° La Fille des bois , ballet.
15° Musique pour le drame Rodolphe de Felsek, ou la Tempête .
16° Idem , pour le drame Siri-Brahé .
17° Idem , pour le drame Jeanne de Montfaucon . Plusieurs morceaux de ces ouvrages ont été gravés avec orchestre à Vienne et à Offenbach.

II. MUSIQUE INSTRUMENTALE.
18° Symphonies à grand orchestre, op. 2, pour le couronnement du roi de Hongrie, Offenbach, André ; trois idem, op. 11, ibid . ; trois idem , op. 16, ibid . ; une idem , pour le couronnement de l'empereur François I er , op. 19, ibid . ; une idem (La Chasse), op. 25, ibid ., et Sieber, à Paris ; une idem (Symphonie caractéristique pour la paix de 1798), op. 31, Augsbourg, Gombart ; trois idem , op. 33, Offenbach, André ; trois idem , op. 35, ibid . ; idem , op. 36, ibid . ; idem , op. 37, ibid . ; idem , op. 50, 51 et 52, ibid .
19° Trois quintettes pour deux violons, deux altos et violoncelle, op. 18, liv. I ; trois idem , liv. II, Offenbach, André ; trois idem , op. 29, ibid . ; trois idem , op. 38, ibid .
20° Six quatuors pour deux violons, alto et basse, op. 10, Offenbach, André ; Paris, Janet ; six idem , op. 15, Offenbach, André ; Paris, Sieber ; six idem, op. 16, Vienne, Mollo ; Paris, Janet, Sieber ; six idem , op. 23, Offenbach, André ; Paris, Janet, Sieber ; six idem , op. 26, Offenbach, André ; six idem , op. 30, ibid . ; six idem , op. 32, ibid.  ; trois idem , op. 40, Vienne, Weigl.
21° Six trios pour violon, alto et violoncelle, op.1, liv. I et II, ibid . ; Paris, Janet et Sieber ; trois idem , liv. III, Paris, Janet, Sieber.
22° Concerto pour violoncelle, op. 27, Offenbach, André.
23° Concerto pour flûte, op. 24, Offenbach, André.
24° Trois trios pour deux flûtes et violoncelle, op. 53, Offenbach, André.

 

Translation

WRANICZKY (PAUL) or WRANITZKY, distinguished composer, born 1756 in Neureisch [Nová Riše], Moravia. His early education was under members of the Premonstratensian Order there, where he also learnt the fundamentals of music and the art of playing the organ. He then continued his studies in Olomutz [Olomouc], and applied himself especially to the violin, on which he acquired enough facility that, on his arrival in Vienna in 1776 to follow the theological course at the Imperial Seminary, he was immediately selected to fill the position of musical director of that establishment. The Swedish composer Joseph Kraus, who was then in the Austrian capital, taught him harmony and counterpoint. His enthusiasm for study and his lucky aptitude made his progress in the art so speedy, that his compositions, fiery and tasteful, soon caught the public attention. Endowed with an extraordinary ease of production, his output increased rapidly. In 1785, he was appointed Director of Music at the German Opera in Vienna and the Court Theatre; he still held these positions when he died on 28 September 1808, to universal regrets.

The music of Wraniczky was much in fashion when it was new because of his natural melodies and brilliant style. He handled the orchestra well, particularly in the symphonies. I recall that, in my youth, they held up very well alongside those of Haydn and their premature neglect has for me always been a matter of astonishment. The number of works by this artist are almost impossible to calculate, since, in addition to those that were published, he left many pieces in manuscript that had been written for the use of the Empress and for Prince Esterházy. Wraniczky also was also well-known and commended as a dramatic composer for his several operas, ballets and melodramas. His opera Oberon, given in Frankfurt in 1790, for the coronation of the Emperor Leopold II, had one of the most brilliant successes of any German opera until that time: it was given twenty-four times in the space of six weeks, and festival directors presented it all over Germany in the course of the same year. Here follows the list of stage works and printed publications by this composer.

[List of works]

Translated by D. Bernhardsson and C. Hogwood

 

Further reading

Article on Fétis at Wikipedia

 

About Us | Contact | © 2006-2009 www.Wranitzky.com